DIEU DES ALLIANCES

Partie 7 de notre série sur Habakuk 2 : 2 : “Écris la vision et grave-la sur des tablettes, afin qu’on la lise couramment”. Cet article couvre la période depuis la création d’Adam jusqu’à la fin de l’Âge millénaire et expose à grands traits comment Dieu a mené à bien Son plan des Âges par la voie du principe des alliances.

LE BON PLAISIR DE DIEU a été de traiter avec Son peuple au moyen d’alliances. Comme cela est indiqué dans le premier article de ce numéro, les alliances sont généralement de deux sortes : sous condition et inconditionnelles. L’alliance sous condition est habituellement de nature bilatérale, ce qui signifie qu’il y a au moins deux parties qui acceptent d’accomplir certaines choses pour maintenir la relation d’alliance ; l’alliance inconditionnelle est généralement unilatérale, c’est-à-dire qu’une seule partie s’engage elle-même à octroyer un bienfait à une autre, sans conditions préalables. Dans les Écritures, une alliance unilatérale peut souvent être mentionnée comme une promesse.

Les Écritures nous parlent de nombreuses alliances. Dans cet article, nous traiterons des points saillants des principales alliances bibliques, surtout de ceux qui éclairent les œuvres du Plan divin. Ces alliances sont :

• L’Alliance Adamique — le contrat entre Adam et son Créateur, dont la rupture apporta la mort à Adam et à sa race ;

• L’Alliance de l’Arc-en-ciel — différemment appelée Alliance de Noé, c’est la promesse faite par Dieu à Noé, à sa famille, et à toutes les créatures de la terre, qu’Il n’inonderait plus jamais la terre par un déluge ;

• L’Alliance Abrahamique — la promesse faite à Abraham que, spécialement par Sara, sa postérité bénirait le monde entier ;

• L’Alliance de la Loi (ou Mosaïque) — l’accord entre Jéhovah et Son peuple choisi, Israël qui, en échange de son obéissance parfaite à Ses lois, Il lui donnerait la vie éternelle ; et

• La Nouvelle Alliance — la contrepartie millénaire future de l’Alliance de la Loi, sous laquelle le monde ressuscité de l’humanité (les non-élus) sera amené à la vie éternelle, à la condition d’une adhésion fidèle aux lois du Royaume de Dieu, alors en action.

De ces cinq alliances, toutes, à l’exception de l’Alliance Adamique, dépendent pour leur accomplissement de l’Alliance Abrahamique que nous pouvons définir comme l’alliance qui embrasse, qui couvre toutes les autres. L’Alliance Abrahamique pourvoit au développement de la Semence d’Abraham — Christ et Ses Élus — sans laquelle il n’y aurait personne pour administrer les bénédictions de l’alliance. Dans l’Alliance Abrahamique est incluse l’Alliance de Sacrifice, au moyen de laquelle les membres de la classe de l’Église, l’Épouse du Christ, par la consécration, sont amenés par les épreuves et les souffrances à la gloire divine et au cohéritage avec Christ. Nous appelons cette alliance, Alliance de Sara, ou Alliance de la Grâce (Gen. 22 : 17, 18). Nous ne traiterons pas de cette alliance dans cet article.

ALLIANCES BILATÉRALES
ET UNILATÉRALES

Les Alliances Adamique, de la Loi et la Nouvelle Alliance sont bilatérales ; l’Alliance de l’Arc-en-Ciel est unilatérale – une promesse inconditionnelle faite par Dieu à Sa création ; l’Alliance Abrahamique est essentiellement unilatérale ou inconditionnelle, à l’exception de la demande initiale faite par Dieu à Abraham de quitter sa terre natale et de partir vers un autre pays (Gen. 12 : 1-4). Comme cela a déjà été indiqué, l’Alliance Abrahamique, qui fut scellée par le serment de Dieu, reprend toutes les autres (Gen. 22 : 16-18).

L’Alliance de la Loi était destinée à servir d’exemple aux bienfaits de l’Alliance Abrahamique, et à démontrer le pouvoir de la foi ; comme le dit l’Apôtre Paul, elle était un “gouverneur” pour amener les “vrais Israélites” à Christ (Gal. 3 : 24).

La Nouvelle Alliance ne pouvait entrer en action si les ministres de cette Alliance n’étaient pas développés sous l’Alliance Abrahamique. Il n’y aurait ni Sauveur, ni Église, ni justification par la foi.

Rétrospectivement, l’Alliance de l’Arc-en-ciel aurait été sans signification sans la possibilité de vie éternelle assurée par la Semence d’Abraham — Christ. Il n’y aurait eu aucune délivrance de la sentence de mort imposée au premier violateur de l’alliance, Adam.

La période durant laquelle ces Alliances agissent couvre tous les âges indiqués dans la carte en haut de page. Véritablement, la Nouvelle Alliance touchera tous les âges éternels de joie, après avoir d’abord préparé l’humanité pour la filiation pendant l’Âge millénaire (Rom. 8 : 19-21).

L’Alliance Adamique

Dieu dit à Adam, une création parfaite, qu’il pouvait manger du fruit des arbres de vie et perpétuer à jamais son existence heureuse. Par contre, Adam fut averti que s’il mangeait du fruit de l’arbre de la connaissance, il mourrait (Gen. 2 : 16, 17).

Il n’y avait pas d’alliance écrite entre Dieu et Adam — elle était plutôt sous-entendue. Adam fut fait à l’image et à la ressemblance à Dieu en tant qu’être parfait.

Le père Adam, créé à l’image de Dieu, sur le plan humain, avait tous les droits qui appartenaient à la nature humaine parfaite. Dieu lui donna comme droit à la vie, le privilège de l’existence parfaite tant qu’il demeurerait en harmonie avec la justice. Il lui donna aussi comme droits de la vie le privilège d’avoir un corps parfait avec une vie parfaite, le privilège d’engendrer une race avec une vie parfaite, le privilège de conditions parfaites de climat, de santé, de nourriture, de foyer, d’air, et ainsi de suite. Aussi longtemps qu’Adam observa sa part dans cette Alliance, Dieu le maintint dans tous les droits qui lui avaient été donnés en cadeau à sa création.

Par conséquent, le droit à la vie et ses droits de la vie sont donc tous contenus dans ces choses qui furent données comme privilèges sous condition à Adam en tant qu’être humain parfait. Il les aurait tant qu’il demeurerait en harmonie avec la condition sous laquelle ils étaient octroyés. Osée 6 : 7 parle de la rupture de cette alliance par Adam (Darby) : “Mais eux, comme Adam, ont transgressé [l’]alliance ; là ils ont agi perfidement envers moi”. Ce fut certainement un acte de trahison envers Dieu de la part d’Adam, dont tous les penchants étaient tournés vers Dieu par nature, que de les violer en tombant dans le péché. Pour sa transgression il subit la sentence de mort, étant condamné par Dieu et rejeté de la relation d’alliance avec Lui — éloigné de Dieu par la sentence de mort appliquée sur lui et sur mère Ève, qui fut trouvée coupable avec lui dans la transgression.

L’Alliance de l’Arc-en-ciel

L’Alliance de l’Arc-en-ciel est inconditionnelle. (Nous disons “est”, parce qu’elle est encore en action). Elle est décrite en Gen. 9 : 12-17 et en És. 54 : 9).

Après le déluge d’eau venant du ciel et la montée de l’eau venant du sol, et la destruction consécutive de l’ordre social et d’une grande partie de la topographie de la planète, Noé et sa famille sortirent de l’Arche pour commencer un ordre nouveau. Pour apaiser leurs craintes et leur donner confiance en l’avenir, Jéhovah plaça un arc-en-ciel dans les cieux — probablement le premier qui ait jamais été vu. Et Dieu dit : “C’est ici le signe de l’alliance que je mets entre moi et vous et toute âme vivante qui est avec vous, pour les générations, à toujours : je mettrai mon arc dans la nuée, et il sera pour signe d’alliance entre moi et la terre ; et il arrivera que quand je ferai venir des nuages sur la terre, alors l’arc apparaîtra dans la nuée, et je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous et toute âme vivante de toute chair ; et les eaux ne deviendront plus un déluge pour détruire toute chair. Et l’arc sera dans la nuée, et je le verrai pour me souvenir de l’alliance perpétuelle entre Dieu et toute âme vivante de toute chair qui est sur la terre. Et Dieu dit à Noé : C’est là le signe de l’alliance que j’établis entre moi et toute chair qui est sur la terre” (Gen. 9 : 12-17).

L’Alliance Abrahamique

L’Alliance suivante qui force notre attention est l’Alliance Abrahamique. Le passage que nous examinons pour cela est Gen. 12 : 1-4 : “Et l’Éternel avait dit à Abram : Va-t-en de ton pays, et de ta parenté, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai ; et je te ferai devenir une grande nation, et je te bénirai, et je rendrai ton nom grand, et tu seras une bénédiction ; et je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et en toi seront bénies toutes les familles de la terre. Et Abram s’en alla, comme l’Éternel lui avait dit ; et Lot s’en alla avec lui”.

Alors qu’Abraham était encore à Ur en Chaldée, Dieu offrit de faire une alliance avec lui (Act. 7 : 2, 3). Dieu posa des conditions qui devaient être remplies par Abraham avant qu’Il puisse faire l’Alliance avec lui. Ces conditions étaient qu’il quitte (1) son propre pays, (2) sa parenté, (3) la maison de son père, et (4) qu’il aille dans le pays qui lui serait indiqué, qui s’avéra être Canaan (Gen. 12 : 1).

Ce ne fut qu’après l’exécution de ces conditions par Abraham que l’Alliance devint sienne. En se soumettant aux quatre épreuves indiquées plus haut, il devait prouver qu’il était digne de l’Alliance, avant que Dieu ne la lui confirme. Les conditions étant remplies, Dieu lui “confirma l’Alliance”, et st. Paul dit que ce fut 430 années après cette confirmation que la Loi (Alliance) fut donnée (Gal. 3 : 17).

Il devait y avoir une composante céleste et une composante terrestre à la Semence d’Abraham. La semence spirituelle, le Petit Troupeau, l’Épouse de Christ, serait choisie et développée pendant l’Âge de l’Évangile ; le monde non élu de l’humanité sera amené en relation d’alliance avec Dieu au moyen de la Nouvelle Alliance, dont la mise en œuvre est étroitement liée à l’Alliance Abrahamique. Mais avant de traiter de cette dernière alliance, nous examinons

L’Alliance de la Loi

L’Alliance de la Loi fut faite par Dieu avec Israël selon la chair (Ex. 19 : 1-9 ; 24 : 3-8). Elle englobe toutes les choses qui se trouvent dans les livres d’Exode, Lévitique, Nombres et Deutéronome. La relation d’alliance dont Adam jouit au début avec son Créateur, et son harmonie concomitante avec Lui, dépendait de l’obéissance à la volonté formulée de Dieu et, comme nous l’avons vu, fut perdue par confiscation à cause de la désobéissance. Cette relation d’alliance avec Dieu fut renouvelée typiquement au Mont Sinaï, avec Israël. L’inauguration de cette Alliance de la Loi fut effectuée par leur médiateur, Moïse, dans les six mois qui suivirent le départ d’Israël hors d’Égypte, par les sacrifices des taureaux et des boucs, les enfants d’Israël acceptant solennellement leur part de l’Alliance.

En Héb. 8 : 9, en référence à Israël, nous lisons les paroles de Dieu : “Non selon l’alliance que j’ai faite avec leurs pères, au jour où je les ai pris par la main pour les tirer du pays d’Égypte ; car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, et moi je les ai délaissés, dit le Seigneur”. Il s’agit d’une allusion à l’Alliance de la Loi. Même si Israël fut fréquemment rejeté par Dieu à cause de sa rébellion, Il demeura néanmoins leur Dieu d’Alliance. Il les rétablit toujours dans Sa faveur et leur donna toujours davantage d’épreuves. Ils demeurèrent Son peuple d’alliance jusqu’à la fin de l’Âge judaïque.

En donnant l’Alliance de la Loi, Dieu fit la promesse sous condition suivante : qu’Il donnerait la vie éternelle à Israël, s’il obéissait à Sa loi. Le résumé de cette loi est donné dans les Dix Commandements, et par notre Seigneur Jésus-Christ, lorsqu’Il dit : “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée, et de toute ta force… Et… Tu aimeras ton prochain comme toi-même” (Marc 12 : 30, 31).

Ceci exigeait qu’Israël fasse ce que seule la force d’un homme parfait était capable de faire ; et Israël fit la promesse collectivement, ne comprenant pas la profondeur de sa signification. Étant de lignée adamique déchue, ils ne pouvaient pas observer cette Alliance, mais ils la violaient continuellement.

Pour ces Juifs qui, en ce temps-là et depuis lors, ont accepté Christ comme Sauveur et Roi, l’Alliance de la Loi a cessé (Rom. 10 : 4 ; Éph. 2 : 15, 16). (L’Alliance de la Loi ne s’est jamais étendue aux Gentils ; par conséquent, on ne peut en parler comme ayant soit un commencement, soit une fin dans la mesure où ils sont concernés).

La Nouvelle Alliance

La Nouvelle Alliance est le nom scriptural pour la nouvelle disposition entre Dieu et l’homme, qui sera instituée au début de l’Âge millénaire, au Second Avènement.

La médiation de l’ancienne Alliance de la Loi a amené Israël dans une relation d’alliance typique avec Dieu. La médiation de la Nouvelle Alliance amènera non seulement Israël, mais tous les humains qui seront alignés avec les arrangements du Royaume, dans une relation d’alliance réelle avec Lui. Dieu introduira cette Nouvelle Alliance par l’intermédiaire du Médiateur, Christ Jésus (l’antitype de Moïse) sur lequel est concentré l’arrangement tout entier, et par lequel il sera exécuté.

Christ sera aidé dans cette œuvre par Son Église. Pendant une période de mille ans, ce Médiateur fera une œuvre de médiation pour l’humanité, y compris l’œuvre de Sacrificateur, de Prophète, de Roi et de Juge. Comme Sacrificateur, Il relèvera, bénira l’humanité et recevra leurs offrandes. Comme Roi, Il dirigera l’humanité dans la droiture. Comme Prophète, Il les enseignera. Comme Juge, Il les éprouvera, décidera et prononcera un jugement, favorable ou défavorable. La période complète sera nécessaire pour sortir les gens de leur condition de mort et de dégradation, pour rétablir tous les humains qui le voudront à l’image et à la ressemblance à Dieu, perdues par Adam en Éden.

La base de la médiation de la part du Médiateur sera les “meilleurs sacrifices” de l’Âge de l’Évangile : “Il était donc nécessaire que les types des choses qui sont dans les cieux fussent purifiés par de telles choses” (Héb. 9 : 23). St. Paul met ici en contraste les types de l’Âge judaïque avec les antitypes de l’Âge de l’Évangile et de l’Âge millénaire. Dans l’arrangement-antitype, les sacrifices ne seront jamais répétés. Ils sont offerts une fois pour toutes. Au moyen de ces “meilleurs sacrifices”, le Médiateur-antitype aura le pouvoir de faire commencer une nouvelle vie au monde. Alors, l’œuvre d’élévation, de rétablissement, commencera. Comme le Seigneur le déclare par le Prophète : “J’ôterai de votre chair le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair” (Ézéch. 36 : 26 ; 11 : 19).

Les bénédictions de la Nouvelle Alliance

Les bénédictions de la Nouvelle Alliance sont nombreuses :

• D’abord, toute l’humanité sera libérée de la sentence adamique, ce qui implique que les morts seront réveillés (Rom. 5 : 18, 19).

• Deuxièmement, les humains recevront une connaissance complète de la Vérité (Jean 1 : 9 ; 1 Tim. 2 : 4).

• Troisièmement, ils seront placés sous des conditions favorables à la droiture, par contraste avec les conditions actuelles qui contribuent au péché (Luc 2 : 8-10 ; És. 35).

• Quatrièmement, leurs esprits et leurs cœurs seront ainsi préparés à être disposés favorablement envers Christ (Jean 12 : 32, 33).

• Cinquièmement, ils seront tellement affectés par la bonne œuvre qui se fera ensuite qu’ils reconnaîtront volontairement Jésus comme Souverain et se prosterneront devant Son autorité (Phil. 2 : 9-11).

• Sixièmement, le privilège de s’élever sur “le chemin de la sainteté” (És. 35 : 8-10) sera offert à tous mais, comme condition de leur appréciation de ses privilèges, il sera exigé d’eux qu’ils se consacrent, se dédient au Seigneur.

• Finalement, l’Esprit saint sera répandu pour tous (Joël 2 : 28).

Ainsi, en définitive, les conditions d’obéissance et de fidélité doivent être satisfaites de sorte que le monde des humains soit compté comme faisant partie de la semence d’Abraham et sauvé dans la vie éternelle.

La victoire finale de la Semence d’Abraham dans le contexte de la Nouvelle Alliance est illustrée en 1 Cor. 15 : 25, 26, lorsque sous Christ, le diable et tous les méchants, y compris la mort, seront extirpés : “Car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds : le dernier ennemi qui sera aboli, c’est la mort”. À ce moment-là, donc, les Écritures s’appliqueront : “Où est, ô mort, ton aiguillon ? Où est, ô mort, ta victoire ? Or l’aiguillon de la mort, c’est le péché” (1 Cor. 15 : 55, 56).

LA MALÉDICTION ÉLIMINÉE

Le péché d’Adam et la condamnation, qui affligent tous les membres de l’humanité par l’hérédité, ne seront plus une charge. Alors que les leçons apprises par le monde, au travers de son expérience avec le péché et la mort, ne seront jamais oubliées, ni leurs profits perdus, ces expériences cesseront néanmoins de l’affliger. Les joies qui seront alors siennes engloutiront les peines et les larmes du passé, et les esprits des humains seront remplis des merveilleuses vérités et des merveilleuses bénédictions, les glorieux nouveaux projets et perspectives s’ouvrant continuellement à leur vision élargie. Pour toute l’éternité, la terre rendue parfaite sera remplie d’une race d’êtres parfaits, heureux, à la ressemblance humaine de leur Seigneur. Cependant, l’œuvre qui consistera à ôter le cœur de pierre, et à donner un cœur de chair sera graduelle (Ézéch. 36 : 25-30).

Même si beaucoup se réveilleront pour être confondus, en proportion du caractère volontaire de leurs péchés passés, les processus disciplinaires du Royaume relèveront graduellement tous ceux qui seront sensibles aux influences de la droiture et de l’œuvre de réformation qui agira alors. Peu à peu, leur dureté de cœur disparaîtra, et ils deviendront des êtres au cœur tendre et affectueux. Aucun membre de la race humaine ne pourra plus être tenu pour responsable pour le péché d’Adam.

L’Apôtre Paul fait remarquer que, sous l’Alliance de la Loi, le péché ne fut jamais enlevé ; car bien que la réconciliation fut renouvelée pour Israël année après années, les sacrifices inférieurs ne purent pourtant pas ôter le péché (Héb. 10 : 1-4 ; Jér. 31 : 31-34). Mais le sacrifice en Rançon de Christ suffira à laver du péché et de la condamantion du péché tous ceux qui L’accepte-ront. Alors sera venu “le désir de toutes les nations” (Aggée 2 : 7). Tout le peuple de Dieu peut opérer et prier pour cela.

(Bible Standard N° 796)