page d'accueil

LA NOUVELLE TERRE


LA BIBLE ENSEIGNE :


Qu’“une génération s’en va, et une autre vient ; et la terre [notre planète] subsiste toujours” (Eccl. 1 : 4 ; Ps. 119 : 90).
Que “le Dieu qui a formé la terre, ne l’a pas créée pour être un lieu de chaos vide (Tyndale), qui l’a formée pour être habitée” (És. 45 : 18).
Que Dieu créa Adam “le premier homme” [non comme être spirituel, mais comme être humain], “de la terre, terrestre” (1 Cor. 15 : 45, 47 ; Jean 3 : 31).
Il fut formé (non de substances spirituelles, mais d’éléments trouvés sur la terre), et “souffla dans ses narines le souffle des vies [une puissance stimulante de vie] ;
et l’homme devint une âme vivante” (un être vivant ; Gen. 2 : 7).
Que Dieu promit à Adam et à sa race une demeure sur la terre (Gen. 1 : 28) et non dans les cieux. Une demeure dans les cieux fut promise à l’Église uniquement,
et Jésus ne devait la leur préparer qu’après Son Ascension (Jean 14 : 2).
Que la seule vraie Église ne devait comprendre seulement que ceux [sans distinction de race ou de sexe (Gal. 3 : 28)] qui suivraient l’empreinte des pas de Jésus (1 Pierre 2 : 21),
présenteraient leur corps humain à Dieu en sacrifice vivant (Rom. 12 : 1), et deviendraient des Nouvelles-Créatures (2 Cor. 5 : 17) ;
qui furent acceptés pour vivre et régner avec Jésus (Apoc. 20 : 4, 6) dans les cieux comme êtres spirituels.
Que, de même que Jésus, depuis Sa résurrection, est un être spirituel divin, ainsi l’Église (Apoc. 21 : 2, 9 ; 19 : 7)
fut changée de la nature humaine à la nature divine dans la première résurrection (1 Cor. 15 : 49 à 54).
Que les “élus”de l’Âge chrétien, l’Église, seront dans le Royaume millénaire employés par Dieu, comme postérité céleste [étoiles des cieux] d’Abraham,
pour bénir toutes les familles de la terre [“le sable au bord de la mer”] qui sont les non-élus (Gal. 3 : 8, 16, 29).
Que Jésus est la propitiation [satisfaction] non seulement pour nos péchés [ceux de l’Église] mais aussi pour les péchés du monde entier (1 Jean 2 : 2).
Que, par la grâce de Dieu, Il goûtât la mort pour chaque homme (Héb. 2 : 9).
Que, à la semence charnelle d’Abraham a été promise une partie de cette terre (non du ciel !) comme sa possession perpétuelle (Gen. 13 : 15 ; 17 : 8 ; Amos 9 : 15).
Que Dieu détruira finalement [ne gardera pas en vie ni dans la torture] tous les méchants obstinés (Ps. 145 : 20) y compris le diable lui-même (Héb. 2 : 14).
Que de même que “le vieux monde” (l’ordre des affaires parmi les hommes avant le déluge) “étant recouvert par les eaux, fut détruit” (2 Pi. 2 : 5 ; 3 : 6)
mais que la terre littérale, est demeurée parce que nous vivons encore sur elle, “ce présent monde mauvais” (son ordre social d’affaires) Gal. 1 : 4 ;
avec ses cieux et sa terre symboliques (ses faux pouvoirs profanes et religieux) est “réservé pour le feu”, doit “passer avec un bruit sifflant”,
doit être “dévoré par le feu de ma jalousie” (2 Pi. 3 : 7, 10-12 ; mais notez ! La terre littérale doit demeurer, “car alors Je [Dieu] changerai la langue des peuples
[qui resteront après le “feu” — la détresse] en une langue purifiée, pour qu’ils invoquent tous le nom de l’Éternel pour le servir d’un seul cœur” (Soph. 3 : 9).
Que dans “le monde à venir” [(le nouvel ordre d’affaires dans le Millénium] (Héb. 2 : 5) selon la promesse de Dieu, il y aura de “nouveaux cieux
[de nouvelles puissances religieuses souveraines, Christ et l’Église] et une nouvelle terre [la société humaine réorganisée sur la justice],
dans lesquels la justice habite [la justice et l’amour et non pas l’injustice et la haine]” (2 Pierre 3 : 13).
Que sur la “nouvelle terre”, “ceux que l’Éternel a délivrés [les non-élus] retourneront [hors des sépulcres — Jean 5 : 28, 29]...
avec des chants de triomphe et une joie éternelle... et le chagrin et les gémissements s’enfuiront. Alors les yeux des aveugles s’ouvriront,
et les oreilles des sourds seront ouvertes (És. 35 : 10, 5) ; “ils bâtiront des maisons et les habiteront, et ils planteront des vignes et en mangeront le fruit...
Le loup et l’agneau paîtront ensemble, et le lion mangera de la paille comme le bœuf [non dans les cieux, mais sur la nouvelle terre] ...
On ne fera pas de tort, et on ne détruira pas sur toute ma montagne sainte (royaume), dit l’Éternel” (És. 65 : 21 à 25 ; Mich. 4 : 4).
Que le Royaume de Dieu viendra et que Sa volonté sera faite sur la terre comme elle est faite dans le ciel, et Sa voie sera “connue sur toute la terre”
parmi toutes les nations ; que “Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ; et la mort ne sera plus” ; “il n’y aura pas de malédiction” (Ps. 67 ; Apoc. 21 : 4 ; 22 : 3).