retour accueil

“Et les nations se sont irritées ; et ta colère est venue, et le temps des morts pour être jugés, et pour donner la récompense à tes esclaves les prophètes, et aux saints, et à ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et pour détruire ceux qui corrompent la terre

Apocalypse 11 : 18.

 

Le peuple du Seigneur s’est toujours attendu à l’accomplissement de la prophétie, bien avant que le temps convenable voulu par le SEIGNEUR pour cela n’arrive. Parmi les fidèles, beaucoup s’attendaient à plus qu’ils n’auraient dû espérer voir se réaliser avec le début du Temps de Détresse en 1914. L’esprit humain semble avoir une tendance naturelle, celle pour laquelle nous devrions avoir de la sympathie, à espérer que les choses se terminent plus rapidement, que les accomplissements se réalisent plus soudainement, qu’ils ne l’ont jamais fait. Par exemple, les Écritures nous disent, à propos du temps du retentissement de la Septième Trompette, que certains grands événements énumérés dans notre texte commenceront à se produire. Beaucoup de chrétiens, en considérant cette phrase, s’attendent à ce que cela s’accomplisse en quelques minutes, ou en quelques heures, ou au plus en quelques semaines. Quand nous en arrivons à comprendre les Écritures, nous nous apercevons que cela couvre les mille ans du Règne de Christ (Apoc. 20 : 6).
Considérons maintenant le texte au début de notre article : “Les nations se sont irritées, et ta colère est venue, et le temps des morts pour être jugés…”. Pendant l’Âge de l’Évangile, l’Église reçut son jugement et son épreuve pour la vie en premier ; d’autre part, le monde aura son évaluation pendant le Jour des mille ans que Dieu a fixé (Actes 17 : 31 ; 2 Pi. 3 : 8). Continuons avec le texte d’Apoc.11 :18 “et pour donner la récompense à tes esclaves les prophètes [les Anciens Dignes], et aux saints [l’Église, le Petit Troupeau], et à ceux qui craignent ton nom [ce sont les Restitutionnistes, le monde de l’humanité, qui seront jugés et obtiendront la décision divine pendant le Millénium], petits et grands [petits — les Jeunes Dignes – les jeunes hommes (Joël 2 : 28) ; les grands — la Grande Foule (Apoc. 7 : 9-17)], et pour détruire ceux qui corrompent la terre (détruisent) [ceux là constituent la classe de la Seconde-Mort (Apoc. 2 : 11)]. Ce verset contient tant de faits qu’il nécessitera sûrement mille ans pour son accomplissement.
Un autre texte relatif à notre thème est Daniel 12 :1, qui décrit la période transitoire depuis la suprématie des Gentils jusqu’au Royaume du Messie. Nous lisons “ce sera un temps de détresse tel, qu’il n’y en a pas eu depuis qu’il existe une nation”.  Notre Seigneur s’entretint de cette déclaration dans Sa grande prophétie, et ajouta “qu’il n’y en aura jamais” (Matth. 24 : 21). Après avoir parlé de la tribulation qui vint sur les Juifs à la fin de leur Âge, le Maître déclara : “Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations (rendue subordonnée aux] jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis” (Luc 21 : 24). Nous croyons qu’il est raisonnable pour nous de penser que, si des temps des Gentils doivent être accomplis, ils ont du être prédits ; et s’ils ont été prédits, alors ils furent préordonnés, ou projetés par Dieu, qui savait d’avance combien de temps dureraient ces Temps des Gentils et quand ils s’achèveraient (Amos 3 : 7).
Les paroles de Notre Seigneur semblaient donc nous suggérer qu’il est approprié de rechercher pour voir ce que nous pourrions découvrir concernant les Temps, ou années, des Gentils. En étudiant nos Bibles et nos histoires, nous avons trouvé qu’il y avait une date particulière où Dieu ôta le Royaume à Son peuple typique, Israël ; et qu’à ce moment-là, Il donna la domination du monde aux nations des Gentils avec un plus ou moins grand bail de puissance. Nous avons trouvé également que la date à laquelle le Royaume fut enlevé au Roi Sédécias, le dernier roi de la lignée de David, fut l’année 607 av. J.-C. (Études dans les Écritures vol. 2 p. 414). Nous en avons donc déduit  que si l’année 607 av. J.C. était le moment où Dieu enleva le royaume typique, Il avait sans aucun doute à ce moment-là le projet de donner le bail de pouvoir aux nations des Gentils ; et nous avons cherché ce que l’histoire profane et la Bible avaient à dire sur ce sujet.

LA REPRÉSENTATION DE LA SUPRÉMATIE DES GENTILS
Pour réviser ce que nous avons appris dans les livres intitulés ÉTUDES DANS LES ÉCRITURES (vol. 2, p. 69), nous voyons que lorsque Dieu enleva le royaume au Roi Sédécias, Il donna la domination aux Gentils, l’empereur Nébucadnetsar étant le premier de ces souverains du monde. D’après la Parole, nous avons appris que Dieu donna un rêve à Nebucadnetsar. Le matin, le roi avait oublié le rêve mais le prophète Daniel le lui expliqua alors. Dans son rêve, Nebucadnetsar avait vu une grande statue métallique dont la tête était faite d’or, la poitrine et les bras d’argent, le ventre et les cuisses d’airain, les jambes de fer, et les pieds en fer mélangé avec de l’argile (Dan. 2 : 32, 33).
Le prophète Daniel expliqua que cette grande statue qui se tenait debout devant Nebucadnetsar représentait les quatre royaumes universels successifs des Gentils. Babylone, le royaume de Nebucadnetsar, était représentée par la tête d’or ; ensuite venait l’empire médo-perse qui était illustré par la poitrine et les bras d’argent. Puis suivait la Grèce, montrée par le ventre et les cuisses d’airain ; après, c’était Rome, symbolisée par les jambes de fer, et avec elle venait le soi-disant Saint Empire Romain représenté par les pieds recouverts d’argile ; et, en dernier, les gouvernements actuels d’Europe, symbolisés dans les dix orteils, aussi de fer enduit d’argile (Dan. 2 : 36-45).
Selon cette vision donnée au Roi Nebucadnetsar et interprétée par le prophète Daniel, Dieu destinait cette statue métallique à représenter tous les gouvernements des Nations qui régneraient à un moment donné, sur toute la terre.
Si nous comprenons clairement ce sujet, nous pouvons alors affirmer que la période de temps, pendant laquelle ces empires universels auront contrôlé le monde, doit être les Temps des nations. Par notre Seigneur Jésus Christ, Dieu a mentionné les Temps des nations (Luc 21 : 24), et maintenant, dans le Nouveau Testament, sont indiqués combien de Temps ou années. Car dans la pratique des Écritures, un Temps signifie une année.
À mesure que nous étudions davantage ce sujet, nous apprenons que Dieu avait dit aux Israélites qu’ils tomberaient sous Sa disgrâce pendant Sept Temps (Lév. 26 : 14-28). Il ne pouvait s’agir de sept années littérales, parce que les Israélites subirent de nombreuses tribulations, longues de sept ans, ou plus. On peut demander de quelle sorte “d’années” pouvaient être ces Temps ? Nous comprenons qu’elles n’étaient manifestement pas des années littérales. En conséquence, elles doivent être symboliques. Puisqu’une année littérale, suivant le calcul juif, se compose de 360 jours, et puisque dans la prophétie biblique, un jour représente une année de temps réel (Ézech. 4 : 6), chaque “Temps” symbolique serait de 360 années. Ainsi donc, cette période de Sept Temps doit signifier 7 x 360 années, soit 2520 ans.
En accord avec ceci, nous avons trouvé que cela devait être la période de temps pendant laquelle Israël devait être renversé (Ézéch. 21 :25-27) — pour que leur royaume et leur gouvernement soient assujettis aux nations de Gentils. En attendant, tout en rejetant Son propre royaume typique, Dieu déclara en fait aux Gentils : pendant un certain temps, Je ne serai pas prêt à établir Mon Royaume. Pendant l’intérim, l’opportunité est possible pour vous de démontrer ce que vous pouvez faire pour le monde. Instituez les meilleurs gouvernements que vous pouvez. Faites de votre mieux pour gouverner le monde avec justice et sagesse.


LES GRANDS EMPIRES UNIVERSELS DE LA TERRE.
Pleins de confiance qu’ils allaient gouverner le monde de la meilleure façon possible, les Babyloniens essayèrent d’agir ainsi, mais bientôt ils parvinrent à un triste apogée. Ils s’ensuivit un programme général dans lequel les droits des gens furent bafoués, les riches obtenant tout et les pauvres pratiquement rien. Ensuite vinrent au pouvoir les Mèdes et les Perses qui commencèrent aussi très bien, avec un juste dessein, et qui firent tout leur possible pour bien agir. Nous rappelons que Cyrus, le premier Empereur médo-perse, libéra les Juifs et leur donna la permission de retourner à Jérusalem ; et qu’il rendit les saints ustensiles du Temple, qui étaient très précieux, mais qu’il ne voulait pas garder parce qu’ils appartenaient à Dieu et à Son peuple choisi. Cyrus s’efforça de maintenir un gouvernement juste et droit ; et pourtant, en peu de temps, l’Empire médo-perse cessa d’apporter de la satisfaction au peuple ou de s’avérer une grande bénédiction pour le monde.
Ensuite, vint le tour de l’empire de Grèce, sous son souverain Alexandre le Grand qui, avant d’atteindre l’âge de 21 ans, avait conquis le monde connu à l’époque. Pendant quelque temps, la Grèce gouverna le monde. La civilisation grecque et les divers systèmes de la philosophie grecque se répandirent dans le monde entier. Les théories grecques sur toutes sortes de sujets se sont plus ou moins insinuées dans tous les grands pays de la terre. L’influence, issue de la Grèce, se ressent dans presque toutes les formes de religion de par le monde, la religion de la chrétienté même étant un mélange de mythologie grecque et de christianisme, avec les enseignements de la Loi mosaïque et des Prophètes juifs. La Grèce eut son temps et dut faire ses adieux au sceptre du pouvoir.
Le suivant fut l’empire romain avec ses différentes formes de gouvernement, chacun d’eux s’efforçant de diriger le monde avec sagesse et justice. Le résultat de tout ceci fut la centralisation du pouvoir à un degré plus ou moins grand, la richesse s’accumula dans les mains de quelques uns, et la masse de gens ne fut ni bénie, ni satisfaite. Alors le système romain commença à chuter.
Bientôt, succéda un mélange de pouvoir civil romain et de christianisme qui était représenté dans les pieds en fer, mélangé à de l’argile, de la statue ; le vernis du christianisme recouvrant le pouvoir civil comme l’argile couvrait les pieds de la statue. Ce vernis ne rendit pas les nations véritablement chrétiennes, mais il a seulement fait que ces royaumes et gouvernements se sont considérés eux-mêmes comme chrétiens ; et c’est ainsi qu’ils se nommaient — l’Allemagne chrétienne, la Grande-Bretagne chrétienne, la France chrétienne, la Russie chrétienne, l’Italie chrétienne, et l’Autriche Hongrie chrétienne, etc.